Marie et son incroyable courage de marcher à nouveau vers son destin..



Mon commentaire avant son témoignage


Marie a fait partie malheureusement de ces personnes qui ont été construites et programmées malgré elles, pour tomber dans l’emprise et la violence psychologique.


Le conditionnement, le pouvoir et la domination sont ce qui a de plus fort pour détruire l’intégrité, la dignité d’un être humain et le soumettre à une condition purement d’esclave psychologique, physique et sexuel.


La résilience, est ce qui a de plus puissant pour l’être humain pour restaurer son individualité et reconquérir sa liberté de réflexion, d’action, d’entreprise et de droit de vivre...


Marie dans son témoignage explique très bien le processus d’emprise psychologique et comment elle a été morcelée. De quelle manière elle a été réduite à néant par des abus et des violences multiples et répétées dans la sphère familiale, plus tard dans son parcours scolaire (harcèlement) et dans ses relations affectives. Comment elle a été coupée de son pouvoir d’individu.


Son témoignage évoque assez clairement comment on lui a enlevé toute possibilité d’autonomie, comment elle a perdu tout sens d’individualité, toute notion de valeur personnelle, comment elle a été conditionnée pour être « gouvernée » par une ou des personnes psychologiquement violentes.

Évidemment emprise et violences de manière souterraines ou affichées, en groupe (en société) ou dans l’intimité.


Certaines personnes ont pris le parti de dresser un constat simple sur elles-mêmes et leur vie mais au combien dur et réduit leur esprit à la fatalité : l’impossibilité totale de s’en sortir.


Enfermée devant une telle certitude, ces personnes ont perdu tout ce qui fait d’elle un individu, à commencer par se relier avec conviction à leurs forces intérieures et à une perception réelle de leur réalité.

Dans ce cas de figure, le processus de résilience est complètement à l’arrêt et le processus de destruction est irréversible.


A moins d’un miracle, dans ce cas précis, sans aide de son entourage et/ou d’un professionnel difficile d’y parvenir.


Pour autant, ce n’est pas une fatalité et ce n’est pas non plus un choix comme on pourrait le croire.


C’est quoi alors ?


Juste une incapacité psychologique réelle et une conséquence directe de l’enfance qui prolongent l’abus et les violences sur le chemin de vie de la personne.


En carence et perdues dans les méandres de leur esprit, ces personnes ne savent pas comment se prendre en charge et prendre de soin d’elles-mêmes. Leur insensibilité à la douleur et à la souffrance deviennent une protection contre un effondrement psychologique et physique.


Malgré ces mécanismes de défense, le corps finit toujours par avoir son dernier mot et c’est souvent sans prévenir et avec autant de violences subies que les mécanismes lâchent avec leur santé.


Toutefois, si une main leurs est tendue par exemple ou qu’un éclair de conscience les sort de leur torpeur et de leur pessimiste redoutable, elles peuvent envisager de renverser leur détresse impitoyable et leur désespoir psychologique en une prometteuse et incroyable résilience tant psychologique que physique.


C’est le cas de Marie ! Je vous laisse le découvrir :)


Fati AMOR - Se Reconstruire Dans l'Amour Après l'Abus Psychologique


"Après avoir eu recours à trois psychologues dont, pour de multiples raisons, les séances ont été infructueuses, j’ai contacté Fati. Son nom m’avait été transmis par un proche dont l’amie avait suivi une thérapie avec Fati, pour des raisons similaires aux miennes. J’ai donc écrit à Fati, accrochée à l’espoir d’aller mieux, espoir teinté de pessimisme tant mon état de santé psychologique était calamiteux. En effet, ayant subit toute mon enfance un père toxique et violent, un parcours scolaire destructeur à cause d’un harcèlement de groupe et des amitiés dénuées de bienveillance, je ressortais à peine d’une relation amoureuse avec un pervers manipulateur qui avait, je le pensais, éteint la dernière flamme de vie qu’il me restait. Je n’étais plus capable de me lever, d’avoir confiance en moi, de travailler ni même de décider ce que j’avais envie de manger, tant mon libre arbitre et ma confiance personnelle avaient été réduits à néant. Je détestais mon corps, et je détestais mon âme. Pour dire les choses simplement, je pensais que je méritais surement d’avoir subi toutes ces violences, tant elles étaient nombreuses et répétitives. Je me sentais inutile et je ne trouvais plus les raisons qui me gardaient en vie. En seulement une séance, Fati avait parfaitement compris dans quelle dynamique je me trouvais, et su voir la profonde souffrance dans laquelle je m’enfonçais. Sans jugement ni apitoiement, Fati m’a pour la première fois permis de regarder mon chemin de vie en globalité, pour comprendre comment avaient commencé ces offenses et pourquoi elles ne faisaient que de se reproduire. Dès que j’ai eu fini de comprendre ce qui en moi avait permis que cela se produire, j’ai commencé à me relever, puis à avancer, pas par pas. Non sans embuches, mais toujours avec l’aide de Fati, qui à été le pilier principal de ma reconstruction. Aujourd’hui, je vais vraiment mieux. J’ai repris le contrôle de ma vie, et j’ai un entourage stable, de confiance. Je suis aussi accompagnée par un conjoint d’un amour et d’une douceur qu’il a trois ans, je n’aurais jamais imaginé mériter. J’apprends toujours à prendre soin de moi, mieux, avec tendresse et respect. Je sais que je n’ai jamais été aussi proche du bonheur qu’aujourd’hui. Depuis des années, je me demande comment je pourrais remercier Fati, à la hauteur de ce qu’elle m’a apporté. Je ne pense pas que cela soit possible, mais je suis ravie qu’elle m’ait récemment proposé de témoigner à propos de son travail, ce qui me permet aujourd’hui de lui exprimer toute ma gratitude. Alors merci Fati. Merci de m’avoir permis d’enrayer ces schémas toxiques. Merci de m’avoir réconciliée avec la personne que je suis. Merci de m’avoir fait retrouver le chemin de ma confiance personnelle, que je parcours encore tous les jours. Merci Fati, de m’avoir rendu ma paix intérieure."

Marie - 28 ans - Paris - chargée de relation presse


www.fatiamor.com

#emprise #pyscho #violencespsychologique #resilient

4 vues0 commentaire